dimanche 15 mars 2009

Votre état d'esprit un élément essentiel.

Jusqu'ici je vous ai parlé de GTD / Omnifocus et d'autofocus mais je n'ai pas encore évoqué ce qui marche pour moi et la manière dont je parviens à me rendre la vie un peu plus facile en en faisant le moins possible. Cela commence par un état d'esprit puis je vous parlerai dans mes prochains articles de mes jouets.

Mes copains disent que je suis un bourreau du travail. C'est vrai. Mais pas par ce que j'en ai l'obligation, c'est simplement par ce que j'aime ça !. Je prend le boulot comme un jeu, un jeu permanent ou tout ce que je fais n'a qu'un seul but et trois objectifs : m'amuser, m'amuser et m'amuser !.

Eh oui à 47 ans je suis resté un grand enfant. La vie me donne l'occasion de trouver des nouveaux jouets et les loisirs ne sont là que pour me laisser souffler entre deux challenges. Alors comme disait je ne sais plus qui, plus je m'entraîne, plus je réussi. C'est normal. Un peu de chances de temps en tant mais avant tout beaucoup de persévérance et d'idées nouvelles. Je n'hésites pas à changer à 180° de cap si je me rends compte que je me suis trompé. Comme disait un de mes patron "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis".

Quand je travaillais en tant que salarié j'avais souvent quelques difficultés avec mes collègues. Par contre mes patrons me comprenaient très bien !, mieux, ils m'encourageaient à aller plus loin et plus vite; C'est ainsi que j'ai beaucoup appris...

Beaucoup de mes collègues ne pensaient qu'aux vacances, à la politique, à en faire le moins possible. Certains ne comprenaient pas pourquoi je changeais de système si souvent

Plus tard j'ai aussi compris que j'agissait ainsi par la nature même des problèmes que je rencontrais et que certains sujets nécessitaient des méthodes simples et d'autres beaucoup plus complexes et adaptées. Je ne changeais pas de système, je l'adaptais à mes besoin et accessoirement à la situation.

J'observais mes camarades de jeu et je les voyais s'enliser dans des problèmes mineurs sans même pouvoir les aider. comment le pouvais je ? Leur ennemi intime, c'était eux même. Il s n'acceptaient aucune aide, aucun conseils. Je constatais qu'ils étaient incapables de se remettre en cause ou de remettre en cause leur organisation et leurs méthodes de travail. Quand à innover et mettre en oeuvre des solutions nouvelles et adaptées c'était bien au dessus de leur force; Comment lutter contre le courant ? Et le pire dans tout cela, c'est que je ne pouvais rien faire pour eux. J'en parlais à un de mes copain grand patron d'une structure équivalent. Il me répondit : comment faire boire un âne qui n'a pas soif ? Dommage...

Pour finir, j'ai quand même reussi à me faire virer d'une grosse boite pour "excès de zèle" (celle là on ne me l'avais jamais faite) et quand j'ai (enfin) compris cela, je suis devenu... patron.

Donc, pour revenir à nos moutons et en résumé : aux problèmes il n'y a souvent pas seulement une seule solution ou réponse possible, mais plusieurs solutions et au moins une, adaptée et circonscrite à chaque problème.Et si elle ne fonctionne pas ? Trouvez en une autre !

Aussi, maintenant en affaire, j'ai compris qu'il vaut mieux ne pas se poser de questions dans l'action. Ainsi, je préfère faire et on discute après.

Cela ne veut pas dire que je ne prends pas de recul à 10.000 > 50.000 mais, les grandes théorie, les plans sur la comète m'em...

Lorsqu'il s'agit d'affaire j'ai beaucoup de compassion à voir certains de mes contemporains qui se prennent la tête sur des idées idiotes, des théories fumeuses, ou des calculs à la c... alors qu'il y a des choses tellement utiles à faire et des gens tellement intéressants à rencontrer. Car finalement pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Et les autres ont téllement de choses intéressantes à nous apprendre...

AUSSI MON CONSEIL DU JOUR EST CELUI CI : FAITES LES CHOSES D'ABORD, DISCUTEZ APRES !

Les grands penseurs, les grandes théories c'est bien mais lorsque la plupart des penseurs se décident à passer à l'action en fonction des paramètres qu'ils avaient en leur possession à l'époque ou il y on réfléchi le problème à changé et les solutions à mettre en oeuvre ne sont plus adaptées ou dépassées.

La seule chose qui ne change pas, c'est le changement !!!.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo pour ce blog, l'expérience live de la mise en place d'autofocus est très enrichissante, pour moi qui suis encore à la phase de tâtonnement de la mise en place gtd.

Pierre M. a dit…

Ça y est, j'ai enfin pensé à mettre ton blog dans mes fils RSS, cela devrait te faire un abonné de plus. Sinon je suis d'accord avec toi, avoir le bon état d'esprit est plus important que tout le reste.

Beaucoup de personnes échouent dans la mise en place de Getting Things Done parce que elles ne se sont pas préparées mentalement à affronter les difficultés et les obstacles, en particulier l'obstacle de devoir revoir des comportements profondément ancrés depuis des années.

Jupiter a dit…

Anonyme : Merci ravis que ce blog te soit utile. Gtd est formidable c'est extraordinaire pour prendre du recul. Accroches toi cela vaut le coup. Regardes aussi autofocus pour la gestion quotidienne des taches et la maitrise des flux c'est ce que j'ai trouvé de mieux !!!! Bon courage pour la suite et n'hésites pas à écrire ;)))

A Pierre Merci. C'est l'obstacle le plus grand que j'ai rencontré. Pour moi, refuser de changer c'est aller aller droit dans le mur. C'est une moi contre nature. "La seule chose qui ne change pas, c'est le changement !"
Et pourtant, rester dans ses certitudes c'est le sport favori de la majorité des grosses boites et des administrations. On comprend pourquoi les choses vont si mal en France. Moi si je pouvais j'enverrai ces C... en voyage à l'étranger dans des pays qui bougent ou ils devraient se débrouiller et relever des défis. Cela leur ferait du biens !!!!